L’Altruisme

Partons du CNRTL :
– En psychologie : disposition bienveillante à l’égard des autres, fondée sur la sympathie,
– En morale : conduite de l’homme responsable qui pose comme but de l’activité morale l’intérêt de ses semblables.

Bon … passons sur l’homme plutôt que l’humain lol, mais quand même.

Si on tente le résumé global, l’altruisme c’est aller vers l’autre, l’écouter, avoir de l’empathie pour lui, … l’aimer ? … être là pour lui ? … au service de l’humain (pas de l’autre, mais réellement de l’humain qui est nous) ?

Oui … je vais un peu loin … mais c’est un trait que j’accepte. Il permet de voir les contrastes, de voir donc … l’essence de la chose.

Alors pourquoi parler d’altruisme en maçonnerie ?

Je dirais : ben forcément, autant que … ben pourquoi ?

Nos valeurs humanistes (et oui ce -iste de l’extrême), nous pousse vers l’humain, vers nous (Vitriol bla etc) et vers l’autre (la différence bla etc.).

Et cela, que cela soit le profane mu par l’envie de faire le bien ou le 33me, et cela quelque soit le rite et autre.

Ok.

Et donc ?!

Si notre parcours intérieur et avec nos compagnons de routes à points, nous amène à une … oui quel mot mettre ?!

… à une certaine avancée spirituelle interne osons dire, et ce que l’on soit dans la société ou la théurgie, selon les « deux grandes options plus les autres et les mixs globaux et particuliers ».

Alors … est-ce pour la garder pour nous ? Pour ne rien en faire d’autre que devenir … sage ?

Non, je ne crois pas.

La maçonnerie n’est pas une voie de la sagesse comme « position », et si l’on écoute les rituels, chacun dit peu ou prou l’œuvre globale pour l’humain.

Alors … ?

Altruisme ?

Être bienveillant envers l’autre, avoir l’intérêt de l’autre comme moteur ?

Nous tombons dans le sacerdoce, la mission, … la charge.

La charge.

Qu’elle soit officier en bleu, grade ou autre, nous avons des charges.

Mais pour quoi ? Pour qui ?

Qui …

Nous ?

J’ai tendance à dire nan … lol.

Alors l’altruisme dans cette vision forte d’aller au service de l’humain, qu’il soit notre frère de sang, notre père, notre mère, notre ami, notre relation, notre … inconnu.

C’est peut-être cela rendre le monde meilleur ?

C’est peut-être cela œuvrer pour l’humanité ?

C’est peut-être cela faire du « petit » à notre niveau, et pas forcément du « grand » ?

Être maçon, c’est une charge, ce n’est pas une religion ou un dogme, ni une association, ou autre.

C’est une « chose » à part.

Celle … de rendre le monde meilleure par nos actes.

Non ?

Pour moi, si.


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *