Diverger pour Converger … ?

Ce fameux passage de porte, ce fameux pas de côté et cette fameuse renaissance. Si on s’arrête à ces 3 là.

Ne sont-ils pas une façon d’aller là où on ne savait pas ? Là où rien ne nous préparait à ça ? Là où … c’était l’inconnu ?

Je parle de Caverne inlassablement, car Platon nous a Tout dit avec cela.

Sortir de là où nous sommes, partir là où le chemin est l’inverse de celui voulu et cherché, oser se mouvoir dans un endroit qui n’est pas soi, plus soi.

Rien à voir avec cette fameuse zone de confort tant parlée ces dernières années, elle ne fait que reprendre en allégée cette allégorie pour la vider de son sens.

Le voyage, l’inconnu.

Pourquoi ?

Car c’est une information que nous n’avons pas, c’est une collecte qui éclairera, c’est un chemin d’humilité. Cette fameuse différence qui enrichit n’est pas que mots, elle est action d’y aller.

De plonger là où ça fait peur, là où notre boussole nous dit : vas-y, ben non … sens inverse et avant toute !

Car de cet inconnu naît la connaissance. Ces différences que notre miroir refuse de voir, notre conscience dirige et amène à la faire voir.

Pour quoi ?

Rien.

Surtout pour Rien.

Le plaisir ? L’envie ? L’éveil, le pas de côté, la renaissance ?

Rien.

Jute pour y aller. Sans aucune idées préconçues, ou alors avec.

René Guénon, cet explorateur de tant de courants, dont la lecture se doit être des livres de voyages, est allé faire cela. Même plusieurs fois.

A-t-il été compris ? S’est-il compris ?

Cela ne nous appartient pas.

C’est le respect de son chemin.

Mais dans l’essence des chemins, quel audace ! Quel presque inconscience maîtrisée et pas !

Quel beauté humaine.

Je ne suis fan de personne, ni même de moi (tellement facile cela serait MdR), mais citer la vie de Guénon est comme le cas clinique cher à ma vue scientifique.

Cela éclaire.

Et laisse chacun libre.

Libre de … n’importe quel verbe … et même rien.

Donc ?!

Donc … tout cela amène à des explorations de divergences.

Soit aller là où la courbe ne devait pas aller pour converger.

Pas logique !

Et pourtant …

La logique de maîtriser le tracé pour aller colorier par Tout, en revenir plein les yeux et les oreilles.

Pour …

Pour mieux comprendre là où on voulait aller !

Car il nous manquait ces informations, ces morceaux épars, ces trucs dont on avait même pas savoir ni connaissance ni conscience.

Comment savoir ce qu’on sait pas …

Ben aller par Tout et de préférence à l’envers, de côté, …

Explorer.

Pour mieux concentrer et rassembler, pour mieux comprendre et donc … converger.

C’est là où la folie … cette folie douce … non pathologique, rejoint le poète, le peintre, le sculpteur …

Ouvrir.
Ouvrir.
Ouvrir.


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *