Le Maçon Errant …

Celui qui après tant d’années de chemin sur les routes tracées, s’est dit depuis longtemps, que son chemin est ailleurs …

Il vagabonde presque plus qu’il n’erre.

Telle une déception amoureuse, au bout de 3 ans de vie ou après ses 33 flambeaux … ou plus … ou moins … ou ailleurs …

Il n’a pas été compris, il n’a pas trouvé ce qu’il y cherchait, il a été répudié, il a …

Souffert.

Quelle tristesse pour ce constructeur dans l’âme, qui a tant d’ardeur au travail et au bâtir ensemble.

Il se retrouve seul … à bâtir tant qu’il peut un temple où personne ne viendra plus festoyer et célébrer la grandeur de la Lumière …

Du dépit, de la colère parfois, de la mélancolie, …

Son baluchon ne contient plus d’outils … il a conservé une vielle truelle … au cas où …

Il marche seul.

Il a toujours marché seul, même s’il voulait suivre un F ou une S, marcher à ses côtés, construire une magnifique route a tant de voix …

Alors il marche en suivant les Étoiles … ces guides dans la nuit.

Il aurait tant pu apporter … tant œuvrer pour l’humain et l’humanité …

Le Gadlu, Dieu, Ain, … quelque soit son nom le laisse dans son choix et son respect. Comme ceux qui l’ont laissé partir. Il respecte et aime.

Mais … nous qui ne sommes pas errants, qui sommes imparfaits évidemment, qui œuvrons à avancer en nous, n’avons-nous jamais croisé un tel F … ou S …

N’avons-nous pas vu son ardeur qui nous dérangeait … qui ne rentrait pas dans le cadre … dans ce dogme léger qui nous confortait …

Alors … si là haut il ne pleure pas de cette perte de maillon … ne pleurons pas nous plus.

Nul gémissement.

Mais … une attention.

Un maillon libre et qui bouge beaucoup dans la chaîne … est peut-être un élément de Vie et de mouvement pour la chaîne.

Il sera peut-être une si grande lumière, car son miroir même imparfait, est empli d’ardeur et de joie au travail.

Alors … travaillons à ne pas perdre ces maillons qui donnent un sens nouveau … et peut-être primordial … à notre atelier … à notre …

Car … une boule blanche ne remplacera jamais un maillon …

Chacun est différent.

Cette différence de nos rites, de nos vies, de nos approches, de nos façons d’avancer …

Elle est richesse, et le maillon l’est tant.

Alors veillons.

Surveillons.

Et travaillons à faire être le maillon en nous, avec nous dans sa singularité, avant qu’un jour trop tard …

… toute la maçonnerie dans son universalité … ne le pleure de son absence …

J’ai dit … si peu …


Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *