Sacré Kadosh

Ce fameux grade de Chevalier Kadosh …

Sacré.

Si ce Sacré arrive au 30me, soit après moultes péripéties et entre autre le 18me où la Foi nous est … demandée ?

Pas demandée, ce n’est pas l’idée.

La découverte d’un enseignement plus, sans en être un enseignement explicite. Nul enseignant dans ce parcours, si ce n’est soi-même. Bien sûr accompagné de FF et SS et de mots et gestes du rituels.

Mais ils ne sont là que pour mettre une scène à notre devant, pas plus.

Ils sont là, car nous avançons sur ce chemin et qu’ils nous considèrent prêt à voir plus … pour le comprendre.

Ainsi, ce Sacré au 30 ne peut arriver qu’après la Foi du 18. Et il est nécessaire d’un temps pour faire vivre cette Foi en nous, pour qu’elle soit source de voir le monde infini au delà.

Alors le Sacré.

Le Chevalier Kadosh est … gageure que de n’oser faire cette phrase comme telle !

Cela serait réduire l’enseignement apporté par ce grade. Cela serait dire : oh les gars c’est ça, c’est trop cool !

Non, je ne crois pas que cela soit ça, ni même cool.

C’est un enseignement sur ce qu’est la Vie, sur notre place enfin que nous apprenons à vivre entièrement dans la cité concrète, dans notre vie de tous les jours. Nous sommes prêts à sortir du Temple Sacré pour être dans le profane, et y vivre avec la vue entière.

Mais vision, dit action.

Et c’est cet autre pan indissociable du CK. Il ne peut juste Être, mais il se doit de Faire.

Mais faire quoi ?

Et bien … c’est là tout le début du travail de quintessence des hauts grades précédents, et qui s’appuie fortement sur les 3 premiers où soi est clair.

Faire ce qui est Juste oui, mais plus que cela. Le Juste c’est le début du 18. Là au 30, on se doit après avoir été dévoilé au Sacré, supérieur encore au juste, de … redescendre.

De prendre à nouveau en compte le bien et le mal, éclairé par cette Connaissance acquise sur eux, sur pas Tout, mais … sur un grand dévoilement du Tout.

Alors, nos actions se devront de ne pas se contenter d’être justes, mais de savoir que rien n’est identique, bien que tout soit pareil. Que nous ne pouvons avoir de réponse unique, mais toujours adaptée et surtout toujours s’appuyant sur ces Connaissances.

Alors, nos actions se doivent d’être évidemment en conscience, mais en cœur, en concret et en sacré. Tout faire pour éviter le combat, pour le travailler avec la paix et l’amour. Tout faire pour relier l’autre, pour l’ouvrir à l’autre.

Sans jamais ne s’autoriser à aller plus loin que son devoir. Soit, avoir le respect des choix de l’autre qui ne peuvent être imposés.

Les actions se doivent face à cet enseignement arrivé au 30, de ne plus être juste dans une montée vers le Divin, mais d’être toute la progression dans son entier. De vivre de Malkhut à Kether en nous et en le monde, d’être tout à la fois en bas, en haut et au milieu.

Mais il y aurait tant à dire … que ce n’est pas possible de le faire en si peu de mots. C’est une accession intime qui nous rapproche de l’indicible compréhension du Tout, à ce moment où les mots commencent à ne plus suffire.

La charge du CK est donc immense.

Si il la tient, si il ne travaille qu’incessamment à cela, alors il allume une Lumière.

Une Lumière dans le Concret.

Une Lumière Sacrée.

Nulle investiture divine, mais une investiture humaine, au service du divin, pour l’humain.

Les mots sont importants.

Il permet ce rayonnement à la fois passif et actif dans le monde. Il le transforme sans en avoir l’objectif. Il est parmi les autres CK à sa place. Ils sont alors des lumières éparses parmi nous. Ils changent le monde par leur présence.

Le CK commence alors ce chemin où il ne sera plus important d’être. Car la voie qui s’ouvre devant est celle du service.

Mais c’est une autre histoire !


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *