Du Symbole au Mythe

.:.

En loge bleu, nous apprenons le symbole, ou nous le découvrons. Nous en faisons une appropriation de voir le monde, de s’ouvrir à d’autres choses, à nous, à l’autre différent.

Cela étant fait, enfin en théorie, quand on ne fait pas dire ce qu’on veut à un symbole, et bien on est prêt.

On est prêt à utiliser un autre outil j’oserai dire psychologique, mais plus justement de dire psychique peut-être.

Car le symbole n’est qu’un outil, celui se cachant derrière tous ces outils qui ont servi de base à notre apprentissage.

.:.

En grade hauts, nous apprenons le mythe, ou nous le redécouvrons. Nous en faisons une appropriation de voir ce qui est le fondement de l’humain et du divin, de ces secrets qui sont nous.

Cela débute au 3me grade déjà par Hiram. Cela nous fait alors passer de ce symbole à ce mythe.

Le symbole nous a ouvert l’esprit, le mythe va nous accompagner doucement à voir au delà d’une histoire, ce qui est un message fort. Notre esprit est encore frais de dizaines d’années passées à ne pas avoir été ouvert au symbole ou à avoir lu le mythe comme une simple allégorie.

Le travail qui s’offre à nous en hauts grades n’est pas simple. Si tout est donné ou transmis d’un bloc en donnant juste les messages, alors c’est violenter notre esprit encore jeune et frais. Il ne sait que symboliser.

Transmettre alors des dégrées de façon orale, et plusieurs à la fois, puis s’arrêter sur certains plus précisément, prend alors sens. Car c’est la grande histoire racontée par le REAA, le RER, le RF, un Rite Égyptien ou un autre en dégrée haut qui est sens. Pas juste un seul chapitre.

Tout cela n’est qu’un accompagnement doux et fait en conscience et en connaissance. Car ceux qui ont écrit ces progressions savaient que tout transmettre et le faire comme en bleu sur le même fonctionnement, n’avait pas de sens. Ils n’ont fait que vouloir respecter le parcours d’un humain qui veut accéder.

Et cette accession ne peut être comme un savoir : ouvrir des livres et suivre des cursus et dire : ok j’ai compris, cela en ne parlant que de savoir précis.

Non, cette accession est celle de la connaissance, qui ne peut être : je prends tout de go tout. C’est trop, cela va heurter et renvoyer tel l’étudiant en savoir à son incompréhension. Il ne va pas comprendre.

Toute cette progression des mythes en hauts grades, et cette façon de traverser les dégrées, est la seule façon qui a été trouvée de respecter la progression de notre esprit. La symbolique nous a simplement préparé à cela.

Le mythe va alors opérer en profondeur et doucement, lentement surtout, afin d’ouvrir, plus nos façons de voir un sujet par symbolique, mais ces faits importants humains, ces situations qui sont les clefs par imprégnation du mythe.

Le mythe est alors un outil d’accession, qui se cache derrière tous ces mythes, comme l’outillage symbolique.

Mais encore une fois en théorie, car … faut-il ne pas faire dire ce que nous voulons nous, au mythe.

.:.

Alors, continuons d’ouvrir notre esprit et cela nous ouvrira peut-être à bien plus. Car cette ouverture, c’est elle qui fait passer la Lumière.


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *