De l’Occident à l’Orient

Certains rites, comme le RER, connaissent dès le début du premier grade cette « expression », plus précisément cette suite de mots.

Partout la géographie du temple nous est bien connue, Occident et Orient en sont ses fondamentaux.

Mais … qu’est donc ce tracé ? Cette ligne droite sous entendue, sous tendue, par ces mots forts et intenses en sens.

La Lumière en est sa quête.

.:.

Nous pourrions alors parler encore de cette Caverne, où nous en sortons pour voir ce que sont la source des ombres portées sur son mur.

Puis voir cette Lumière, pour choisir ou pas de revenir en la Caverne.

Nous pourrions alors parler encore de l’Arbre de Vie, qui de Malkhut sur le parvis, Yesod en la porte, Tiphereth en le pavé, Daath en l’autel, Kether en le Delta … et Ain au delà.

Puis comprendre cette ligne, pour choisir de la redescendre en nous.

.:.

Mais … cela n’éclaire que le tracé, dans son pourquoi, son comment, son … oui lui, pas nous.

Se dire que cette ligne tracée est alors cette voie royale, en ligne droite, est très beau, très exaltant pour les plus téméraires, mais … quid de nous ?

Toute ces belles théories, ces belles paroles, superbes au demeurant, sont aide à l’enseignement. Un support de cours, pour s’aider à comprendre … en nous ce que cela signifie.

Car … même si le vécu initiatique nous aide lui aussi lors de tenues ou passages, ces moments sont accession par une autre forme à cette compréhension de ce tracé droit.

C’est à nous de le vivre.

.:.

Puis en le vivant, c’est une fois arrivé à la porte de Kether, devant ce Delta qui nous regarde avec Amour, sous cette Lumière vivante en nous, que nous pouvons effectuer ce fameux retournement.

Passer de dos à l’Occident, à face à l’Occident.

Là se trouve en nous alors la première réalisation qui n’a pas été cherchée. Le moment où l’on s’aperçoit que le but s’il y en avait un, était de : voir ce qui était considéré comme derrière nous.

Et là nous voyons notre parcours : du profane en Malkhut, à toute cette marche vers la Lumière, avec ses épreuves et ses élévations et transmissions.

Souvent, et c’est préférable, cette compréhension se fait bien après la maîtrise du 3me grade. Cela peut se faire seul ou par les hauts grades.

.:.

Puis … une fois retourné, que faisons-nous ?

Parler d’une simple redescente, n’est nullement appropriée. Car cela signifierait que l’on quitte ce lieu d’Orient.

Passons sur les illuminismes de tous temps et encore à ce jour qui y reste, croyant que … c’est le Graal.

Passons aussi les égotiques de toutes expressions qui à force de dureté ont gravi un Everest croyant que c’était un but, voire une compétition.

Il n’y a nulle descente, car si la montée était avancement en faisant presque fi de l’Occident derrière nous, une fois à l’Orient et retourné dos à lui … nul oubli !

.:.

Alors ici … tout va être créé. La marche va être une marche qui laisse une part de nous à chaque pas.

Nous allons faire le chemin inverse pour simplement … agrandir notre Être, pour qu’il soit étendu de l’Orient à l’Occident.

Et … cette marche alors sera toute aussi éprouvante que celle de la montée. Car les épreuves sont différentes, elles ne sont plus externes mais internes.

Nous devient plus grand, mais pas grand en autre qu’en compréhension et accession à ce qu’est l’Humain en entier

.:.

Puis revenu à l’Orient, la fatigue sera des plus intenses. Car … nous avons poussé au delà de ce que nous croyions possible ce qui est soi.

Ici … pour ceux qui y arrivent .. l’égo ne peut plus être, il n’a pas survécu à ce Vitriol presque inversé et en Lumière.

Ici … le seul geste possible est encore le retournement du corps qui va regarder à nouveau l’Orient.

Mais … l’Orient n’est plus loin comme avant au delà des lointaines marches. Il est en nous, car tout notre Être est à la fois … de l’Occident à l’Orient.

De l’Occident à l’Orient n’est donc pas une simple marche vers la Lumière, mais un long parcours semé d’épreuves initiatiques, de notre Être au final entier de l’Orient à l’Occident … en nous-mêmes.

Et là … on peut même et enfin, se prendre un jour entier de repos … car ce n’est que le début !


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *