Que faire du mauvais compagnon ?

La Reine de Cœur hurlerait : coupez-lui la tête !

Fort heureusement, nos enseignements nous permettent de dépasser cela !

Mais … en sommes-nous si sûrs ?

.:.

La Reine de Cœur est un dictateur fou, tourné vers le pouvoir absolu.

Elle dénote tout ce qui dans nos enseignements est ce vers quoi ne pas aller.

Alors, nos mythes à l’appui, nous y préférons à juste titre Salomon et cette histoire des compagnons.

Alors tant à été dit et écrit que ce sujet, que ce qui semble important est … qu’en faisons-nous ?

Et oui, car la théorie est bien belle et riche d’enseignement, mais le vécu initiatique a-t-il été, non compris, mais … vécu ?

Ce vécu permet de ne pas croire en une application clef en main, mais en une application toujours différente. Un vécu qui inspire pour le travail et les autres vécus.

Reprenons cette situation du mauvais compagnon, situation qui ne peut parler qu’à tout à chacun dans sa vie dite profane. Qu’il l’ait été sous le jugement, ou ait eu à faire part au jugement, cela à part courante.

Mais justement, est-ce que le mauvais compagnon est si mauvais ? Cela nombre de choses nous y sont dites.

Passons à ce qui semble plus intéressant.

Le jugement, ou plutôt le participant ou les participants à l’action de réponse face au dit mauvais compagnon.

Sont-ils, est-il, suis-je en cas, à la hauteur de cette charge ?

Alors ceux qui répondront : évidemment, en le justifiant par ce qu’ils veulent … ne devront que se retourner vers une pierre, un maillet et … un miroir.

Puis ceux qui œuvreront à autre sans fuir, auront tâche rude.

Évidemment, ceux qui fuiront … voilà.

.:.

Alors cette troisième voie, si chère à la maçonnerie, cette position qui fait travailler au delà de la facilité, qu’est-elle ici ?

Rude.

Et jamais facile.

Le chemin maçonnique facile est une gageure. Il est simple, comme tout chemin initiatique, mais en plus aidé et guidé, car le groupe et les groupes sous formes d’ateliers sont présents, et car le corpus est des plus riche, sachant qu’il va puiser partout.

Alors dans ce chemin simple et aidé, pourquoi est-ce si rude et pas facile ?

Seul.

Chacun est seul devant son miroir, devant ses outils et avec ses enseignements.

Le choix appartient à chacun. Et même une assemblées de jugement ou de sages, nous y serons seuls. De surcroît en devant prendre en compte … le fait de ne pas être seul dans cette dite assemblée !

Vous voyez comme cela devient pas facile ?

Non ?

Ben vous vous avez raté un épisode ! Ou un passage initiatique. Au choix …

.:.

Certains vont s’arrêter à la forme du fait à juger, de l’action sera systématique sans sens de fond.

Certains vont s’arrêter au fond du fait à juger, de l’action sera principe sans prise de la forme

Certains … creuseront ces dualités et s’arrêteront à celle qui est … la plus facile.

Mais Salomon a fait quoi ?

Plus précisément, il a tenté de faire quoi ?

Voilà …

Et donc, se dire Chevalier à la suite sans comprendre ce qui a été le déchirement d’âme de Salomon face à son histoire personnelle, devant en plus œuvrer à sa mission … et bien c’est faire un certain affront irrespectueux à ce qui a été transmis.

Un manque de respect.

Un manque d’Amour.

Ne pas tout prendre en compte, et juger dans la facilité … cela manque toujours cruellement de Travail … et d’Amour.

J’ai dit … une chouillette …


  1. Un vieux Maréchal, Foch je crois, aurait dit un jour : “Commander n’est rien, ce qu’il faut c’est comprendre.” Voilà la clé commune à de nombreuses portes 🙂

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *