La Parole d’Hiram

Il est mort, mort et ses secrets disparus avec lui. Disparus. La quête est bien là de croire qu’ils ne le sont pas.

Pourtant, les plans et les tracés étaient là, bien avant et après sa mort. Tout aurait dû y être présent. Aucun problème de reproduction n’aurait dû se mettre au jour.

Alors, simple mot de passe sacré ou plus grande connaissance détenait-il ? La question et les questions se posent et se creusent et se cherchent depuis fort longtemps.

Chacun y va de sa pierre, de sa théorie, de son interprétation. Il cherche et lit, écoute en tenue. Il creuse cette tombe sous l’acacia pour découvrir ce trésor enfoui.

Car les rituels ne sont pas plus riches que les plans du temple, les autres maîtres détiennent-ils alors ce fabuleux secret de cette parole ?

.:.

Un homme peut-il détenir tant, qui de surcroît fait tant mystère ?

La quête du maçon est alors toute personnelle. Il ne s’aide que de lectures et d’écoutes, il lit et tente de relier. Il en parle peu. Outre telle commission éparse ou tel colloque, où l’action n’est pas tant au rendez-vous que la réunion de présences.

Pourquoi donc cette quête alors ? Son parcours initiatique ne lui suffit donc pas à ce maçon cherchant ? N’a-t-il pas eu transmission ? Ou l’a-t-il eu et donc se tait ?

Une sorte de mythologie secondaire s’installe alors entre les maçons, celle de cette histoire de la parole, d’Hiram et de toutes ces questions. Certains semblent si sûrs d’eux, d’autres si emplis de questionnements, quand ce n’est de doute.

La charge mystérieuse se construit patiemment au fil des temps et lieux. La Lumière tant voulue, éclaire, mais des nuages se forment, ils sont parfois plus ou moins gris, un peu noirs parfois.

Et tout cela entretient le mystère. Il permet de faire chercher, de faire trouver, de faire faire au maçon son chemin d’épreuve initiatique. Il a alors pour mission ce maçon, de démêler le vrai du faux, cette fameuse vérité.

.:.

Tyr, Saba et Jérusalem, 3 Grands qui auraient voulu faire Alliance au delà de l’Arche ?

Un homme au milieu, Hiram, chargé d’une part du chantier.

Tout s’est-il vraiment passé comme prévu ?

L’Alliance et le Temple dans sa part concrète, ont-ils résisté à cette mort ? À cet assassinat.

La question est alors : pas qui est mort, mais que ne s’est-il pas fait ? Que ne s’est-il pas réalisé ? Quel basculement a-t-il été opéré ?

Toutes ces questions ajoutent, mais sont peut-être celles cachées derrière cette parole du Maître Hiram qui n’est plus.

Ce qu’il portait en lui, ce qui lui avait été transmis, avait un sens. Pas un but, mais une Destinée choisie, en Kether qui avait été remontée.

Ce qu’il portait a disparu. Le Plan n’a pas été. L’assassinat a fait échouer la colonne de Lumière.

Était-elle si bancale, qu’elle ne pouvait tenir au final ? Ses fondations étaient-elles si justes que ses concepteurs l’ont cru ?

Peut-être que ce sont ces questions à se poser. Peut-être que la Parole était dans le tracé du Plan, connu des seuls initiés aux Mystères dévoilés.

Peut-être.

Mais seul le travail peut le faire trouver, cette gigantesque envie d’aller plus loin que ce qui apparaît et même de ce qui est.

Le travail est personnel, et nul ne pourra trouver la parole à part soi-même.

Alors, courage, patience et détermination dans la recherche de soi.

Le reste viendra Tout Seul.


Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *