La Lumière de Dieu

À ma Jumelle.

Oui ça choque déjà certains dans les chaumières bleues, voire certains autres chapitres.

Je demanderai bien pourquoi être choqué, mais ce n’est pas le sujet du propos.

.·.

La Lumière que nous cherchons à établir en maçonnerie, provient de quelque part, et en bon cherchant nous nous devons de nous demander d’où.

Alors oui, théories scientifiques à l’appui ou principes philosophiques en étai, nous cherchons à expliquer sa source ou sa définition.

Parfois nous tentons le pas de côté et revenons à la question religieuse prégnante dans la création de la maçonnerie officielle du 18me.

Puis aussi nous creusons vers nos illustres frères, oui pas de sœurs, qui ont été touchés par la lumière au 19me.

Mais nous n’aboutissons pas, nous avons toujours une sorte de blocage, de frein, d’appréhension parfois même.

.·.

Il y a aussi ceux, oui peu de celles, que cela ne choque pas, par rite ou par confession intime, et qui sautent à pieds joints dans la recherche divine.

Parfois même plus théologie que maçonnerie prend le chemin.

Mais avec sincérité, cette quête est faite, car ici il n’est plus recherché la source ou la définition, mais l’accès, le vécu.

Alors, à la rescousse de mythes et d’allégories puissantes, voire parfois de rituels sacrés ou magiques, qui ne peuvent aboutir, ils tentent cette ouverture de la Lumière.

Qui ne vient pas, qui ne passe pas, par manque d’ouverture, comme si le garrot était si serré.

.·.

Évidemment, au milieu de tout cela, nous avons l’indice magistral devant nous chaque fois.

Ce triangle interpellant, caché dans le décor physique du temple, présent dès le premier jour à nous. Devenu si commun, qui s’éclaire à un moment en appuyant sur un bouton. Une Magie électrique bien connue, mais tellement commune.

Il est pourtant là, au fond du temple, à cet Orient tant cité. Un œil observateur, ne laissant passer cette Lumière qu’autour de lui.

Qui regarde donc ?

Quelle est cette Lumière ?

Pourquoi de l’Orient ?

Et ensuite on rajoute rapidement le G du compagnon.

Je citerai : « G is the key of way of God, but surely it’s too simple and easy. But, the most beautifull secrets aren’t hidden, and simplicity it’s the key. ».

Alors oui les lettres de l’alphabet des savoirs s’égrènent sur cette lettre, mais à raison.

Bref, beaucoup est posé, mais pas le plus important. Les clefs de projection en soi sont posées devant nous, mais la clef de l’ouverture à la Lumière, vient en Soi.

.·.

Donc la Lumière Divine, est-elle cette recherche et cette quête du maçon ? Et que fait la maçonne, que cherche-t-elle elle ?

La Lumière ne peut être recherchée comme un but, comme un objectif, comme un point à atteindre.

Aller vers Dieu, c’est aller vers Soi afin de comprendre le Lien qui unit chaque chose vivante, de la pierre à l‘humain, de l’esprit errant au Phénix Unique.

C’est ce Lien qui vous ouvrira à Lui, à ce mot posé : Dieu, qui n’est qu’un mot, mais qui n’est nul combat ou dogme. C’est une ouverture entière à la compréhension de Tout.

Lien Magique ?

Non.

La Magie se dépasse par le Sacré. Le Lien est Sacré. Sacré comme l’Amour. Sacré comme l’Humain et la Pierre.

C’est alors que la Lumière éclaire tout, sans l’avoir jamais cherché. Tout est clair, simple.

Alors le chemin peut débuter. Empli de tout. Il faut en être digne et prêt, mais chacun y est destiné. Les possibles qui changent la destinée ne sont que déplacés par nos choix, nos choix d’actions et nos choix de réactions.

Les épreuves sont dans ces choix.

Et les épreuves les plus importantes ne sont pas celles qui exposent la souffrance ou l’injustice exposée, même si elles sont fondatrices.

Non.

Les épreuves les plus importantes sont celles du vécu quotidien, celles où le choix paraît anodin ou alors qu’il ne vaut pas la peine d’être travaillé.

La Pierre amène à l’Humain, et non l’inverse.

C’est dans nos choix des instants passants que nous définissons l’ouverture du garrot.

Le coupable, il n’y en a pas. Jamais en Amour.

Par contre, la conscience n’est donnée qu’à l’humain.

Alors … choix en conscience à chaque instant, sans sous-estimer que la dignité se montre au présent. C’est elle la clef.

Enjoy mes TCFF.

À ma Jumelle.


  1. Ce n’ est pas un dieu que je recherche, car c’ est une invention de l’ homme, angoissé par la mort et voulant connaître le sens de sa présence dans ce monde. La lumière c’ est savoir justement si cette création a un sens, d’ où vient elle ? pourquoi a t’ elle été créée ou bien même jamais créée, existante éternellement ? si la franc-maçonnerie est réellement une école initiatique, comme toutes les écoles de tous les temps et tous les lieux, elle cherche à répondre à ces questions que l’ être humain se pose depuis toujours, et cela justement sans dogme, sans a-priori, dans le temple hors du temps , hors du monde profane.

  2. En fin de tout, Tout est énergie …

    La Vie ne serait donc elle-même qu’un aspect, visible par nous humain matériel, de cet Énergie …..

    Cette “hypothèse” n’est déjà plus un “axiome” avec le développement (centenaire à ce jour) de la Physique dite Quantique (et non cantique 🙂 …)

    Bien sûr je ne donne aucune réponse moi non plus, je soumets un des chemins que j’essaye de parcourir (sans courir) pour aller de l’homme à l’Homme (qui ne serait qu’une infime parcelle émanée du Tout) …..

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *