Et la Parole fut !

À défaut … elle circule.

Mais faisons le détour rapide sur la lumière. Les détours sont parfois éclairant lol.

Le fameux début de la genèse : Fiat lux et facta est lux, tout aussi fameux que le fameux début du Big-Bang. Partageant tous deux la volonté humaine de comprendre et de savoir. Ici Le Début, avec majuscules.

Bref, luxons rapidement.

Fiat lux se traduit tout autant par : la lumière fut, que par : que la lumière soit. La magie du latin.

Facta est lux … c’est chouiette un plus compliqué avec les infinitifs et adjectifs s’il n’est nom ! Alors … ben on interprète.

Le plus approchant est une vision de création factuelle par la lumière. Mais le latin condense comme l’anglais de nos jours, en y ajoutant la magie encore présente dans le complexe français !

.·.

Bref … la Lumière apparaît et le monde se fait par sa création. Passons les étapes des 4 plans pour arriver au corps.

Cette fameuse (ter) parole !

Nous ne la prenons pas dans le Sacré, elle nous est accordée.

Et entre Parole Perdue et Lumière, le Verbe Créateur nous offre un magnifique pont secret. Enfin secret, comme tous les secrets : bien posé en évidence au milieu comme d’hab’ !

Alors nous avons parole accordé et rituellement nous exprimons … ce que nous pouvons et comme nous pouvons !

Et pendant ce temps … l’A écoute en silence et tente d’apprendre ou à défaut il observe et commence à chercher.

.·.

Alors que retient-il de ces paroles circulantes ?

J’insiste toujours sur l’apprenti, car c’est lui qui commence le chemin et cela nous apprend sur comment nous transmettons et faisons accéder à.

Bref … son silence en dit plus que long sur nous-mêmes et notre maçonnerie !

.·.

Alors la parole circule, parfois ou souvent comme dans un monde profane. Pas sur la forme, passons cela pour aujourd’hui (sic) mais … ni sur le fond … sur la méthode !

L’apprenti à qui est dit qu’il est silence pour … au mieux il a une ou deux pistes, écoute et observe. Avec la ligne directrice que la Parole est Sacrée, qu’elle n’est pas comme ailleurs : planches ou rituels, le but recherché est le même, celui du Sacré en nous.

Alors pour y accéder … ben ça circule, avec respect de l’écoute soit … mais quoi d’autre ?

.·.

Et si … la méthode était transmise à l’apprenti ?

L’avantage d’une méthode, c’est qu’elle ne dévoile pas si elle est bien faite, même par essence.

Le but d’une méthode c’est accompagner.

Bref en plus ça irait bien pour faire de l’apprenti … un compagnon ! Qui serait au côté du maître.

Apprendre à être accompagné afin d’accompagner le maître ?

Dingue non ?!

.·.

Alors en cette méthode transmise il serait dit que la parole circule mais … construit !

Dingue encore pour des maçons.

Elle construirait pierre à pierre, parole de l’un après parole de l’autre, afin d’accéder ensemble à monter et nous élever là où le sujet nous emmène tous !

Alors … mais c’est exactement cela dira-t-on !

Ah ?

Alors disons que l’implicite demanderait à être explicite si nous voulions une qualité de construction et non une circulation circumnavigante.

.·.

Apprendre la méthode de la construction par prise de paroles tour à tour, par écoute puis ajout, correction, avancement, rebond, …

Toujours dans le respect et la maîtrise des maîtres parlant et donnant exemple aux compagnons et formant par la pratique observatoire les apprentis.

L’apprenti passerait alors des années d’écoute à écouter mais aussi à comprendre par l’exemple et les réalisations vécues, entendues, ce que donne une parole … qui ne se perd pas.

Alors évidemment : former à la méthode les apprentis demande, réguler les maîtres pour réapprendre … coûte.

.·.

Mais si on ne rêve pas … on n’avance pas et le rêve ne devient jamais réalité !

Profane fatalisme va !!!


Texte Précédent :

Texte Suivant :

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *