Grand, Sublime, Élu

Grand Maître, Grand Profès et tant d’autres, mais aussi Sublime Chevalier ou Maître Élu, et tant d’autres, nous savons ces mots.

Mots Sacrés.

Mots de Charges.

Mots reliant à la Parole Perdue, aux secrets dévoilés et enfin accessibles.

Mots qui ne sont plus que ces mots, qui portent leurs charges au sens premier du terme pour qui les reçoit.

Et les Grands Chapitres, les Grandes Loges et les autres ne sont que mêmes mots reliant humains sachants les charges reçues.

.·.

Le profane, et même voire surtout le jeune maçon bleu et même la maître maçonne, ne peuvent voir ce qui est vu au delà de ces mots.

Tous et toutes ne peuvent que rester sur le mot ayant perdu parole. Le mot qui fait seul sens de mot sans plus.

Une sorte d’attirance se fait alors jour envers ces mots : ils portent plus forcément, mais quoi ?

Une sorte de répulsion aussi : que de grandiloquence !

Ce mélange non harmonieux est en le profane, notre jeune maçon et notre maître maçonne.

Nous pourrions en rester là et dire que cela est. Cela est le chemin que d’accéder à.

Évidemment !

.·.

Mais.

Nous ne pouvons ignorer la suite, car cela ne s’arrête pas là … malheureusement.

Ces mots ne sont pas compris tant qu’on n’y a pas accédé, mais … tout les maçons n’y accèdent pas !

De surcroît … malheureusement (il est ici) tous les maçons ne prennent pas la charge qui fait comprendre au delà et la parole reste perdue, même avec les mots acquis.

Vous voyez le dessein se faire à nos insu et indûment ?

Et à cela s’ajoute en cette situation par la philosophie, la psychologie ou la psychanalyse, appuyés par la sémantique et l’histoire, que la flatterie n’est pas bonne conseillère dirons-nous.

C’est à dire qu’utiliser des mots comme sublime ou grand envers quelqu’un qui ne l’est pas ou ne l’a pas compris, conforte une image fausse en cette personne. À contrario : si le mot dépeint une réalité et est compris, il est entendu à juste titre. Sans mauvais jeu de mot.

L’humilité appuie la compréhension.

La non compréhension conforte la non humilité.

Cela … si nous l’ignorons, et nous ne voulons le voir, nous amène à … des problèmes.

.·.

Le Verbe est créateur, il est puissant.

La Parole qui n’est plus perdue soutenant alors un Verbe créateur puissant … rayonne de sa Grandeur. C’est Sublime !

À justes mots !!!

Mais … si le verbe puissant sert une parole pas tout à fait retrouvée ou encore perdue … la Grandeur et le Sublime deviennent pervertis, ils ne sont plus pris à leurs justes sens … ils sont … profanés. Au sens premier et sans jugement du terme.

Alors … nous entretenons à vivre des sens profanes avec des Paroles Sacrées chargées de sens nobles et grands.

Comment mélanger accès à la Connaissance avec basse ignorance ?!

Ce n’est pas digne.

.·.

Le problème se pose à nous, comme tant d’autres.

Mais si nous continuons à nier les évidences et à faire mélanger en nous et à l’extérieur du hautement positif et Grand, avec du si bassement négatif … où sont les personnes de haute valeur morale ?

Ces mélanges ne nous servent pas, nous devons les combattre pour les sortir à l’extérieur de nos temples (tous), et qu’ils ne profanent pas le Sacré en nos temples (tous).

Mais … aujourd’hui il y a ces mélanges en nous et en nos temples …

Le choix de l’épée est ici : combatte pour le bien par le Juste … ou ne rien faire.

Ne rien faire est renier nos enseignements reçus, et ne pas en être dignes.

Alors … nous avons le choix.

Il est Juste humain.


Texte Précédent :
  1. Très belle réflexion, la Parole perdue ne le sera plus , et ce n’est qu’après avoir cheminé vers le soleil que nous nous approprions le sens de chaque mot. L’APP les épellent et ce n’est qu’au grade de M que nous la retrouvons, j’ai dit.
    Jean

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *